webleads-tracker

Votre partenaire Juridique en Droit du travail
04 99 61 65 48
Lundi > vendredi 9h-18h
Panier vide

Rupture conventionnelle et délai de rétractation : la date d'envoi prévaut !

Lors de la signature d'une rupture conventionnelle, les parties disposent de 15 jours pour se rétracter. Mais est-ce la date d’envoi de la lettre de rétractation ou bien celle de sa réception qu’il y a lieu de retenir ? Les juges ont tranché !

Le principe
Selon l’article L 1237-13 du Code du travail : « A compter de la date de sa signature par les deux parties, chacune d'entre elles dispose d'un délai de quinze jours calendaires pour exercer son droit de rétractation. Ce droit est exercé sous la forme d'une lettre adressée par tout moyen attestant de sa date de réception par l'autre partie». Ce délai de 15 jours étant « calendaires », il y a donc lieu de le faire courir le lendemain du jour de signature de la convention de rupture et le faire expirer le 15è jour à minuit.
Conformément à l’article R 1231-1 du Code du travail, lorsque ce délai expire un samedi, un dimanche ou un jour férié ou chômé, il est prorogé jusqu'au premier jour ouvrable suivant.

Les faits
Le 21 janvier 2015, un salarié signe avec son employeur une convention de rupture conventionnelle.L’employeur décide de se rétracter en envoyant un courrier le 3 février 2015 avec une réception le 6 février 2015 par le salarié.

Les arguments des parties
Le salarié estime que la rétractation de l’employeur n’était pas recevable en faisant valoir avoir reçu la lettre 16 jours passé le jour de la signature de la convention de rupture. Les juges du fond donnent raison au salarié en estimant que c'est la date de réception qui prévaut sur l'envoi.
L’employeur affirme qu’il avait remise à la Poste le 3 février 2015 la lettre de rétractation, soit le 13è jour suivant la signature de la convention de rupture, donc bien dans le délai de 15 jours !

La décision
La Cour de cassation censure les juges en décidant qu’« une partie à une convention de rupture peut valablement exercer son droit de rétractation dès lors qu’elle adresse à l’autre partie, dans le délai de 15 jours calendaires, une lettre de rétractation » et qu’en conséquence « la lettre de rétractation devait produire des effets ».

C’est la date d’envoi de la lettre de rétractation qui doit être prise en compte et non sa date de réception.

Cass. soc. 19-6-2019 n° 18-22.897

Tag google