webleads-tracker

Votre partenaire Juridique en Droit du travail
04 99 61 65 48
Lundi > vendredi 9h-18h
Panier vide

L'Assurance-Chômage universelle en question !

La réforme de l'assurance-chômage

Il est question que l'état reprenne en main le système d'assurance-chômage. Elle devrait être ouverte à tous : artisans, commerçants, professions libérales, agriculteurs...

Que contient exactement le projet de loi de l'assurance-chômage universelle ? Quelles seront les sources de financement ?

Les salariés qui démissionnent pourront également être indemnisés dans la limite d'une démission tous les 5 ans. En ayant la possibilité de bénéficier du chômage, les démissionnaires seront plus libres de lancer leur activité, de se reconvertir ou tout simplement de changer d'employeur sans prendre le risque de perdre tout droit à l'allocation.
Autre effet positif qui pourrait émerger : un rééquilibrage de la relation hiérarchique entre l'employeur et le salarié. En effet, le salarié aura moins la pression et pourra donc négocier plus facilement une évolution ou une augmentation.

Toutes ces mesures visent à favoriser la mobilité des travailleurs et aura probablement pour conséquence de fluidifier le marché de l'emploi.

Les sources de financement de la réforme assurance-chômage :

Le financement de cette réforme se fera sur plusieurs axes :

D'abord avec des sources d'économies :

  • Repousser l'allongement de la durée d'indemnisation des seniors : le dernier accord a porté le seuil de déclenchement de l'allongement de 50 à 55 ans. Emmanuel Macron souhaite encore renégocier pour l'amener à 59 ans.
  • Raccourcir la possibilité de cumuler une activité à l'assurance-chômage : aujourd'hui un demandeur d'emploi peut cumuler une reprise partielle d'activité avec son allocation durant 2 ans. Emmanuel Macron souhaite diviser par 2 cette durée - soit une possibilité de cumul durant 1 an).

Autre point important de cette réforme : les bénéficiaires pourront être suspendus d'indemnisation s'ils refusent plus de 2 offres jugées "décentes". La problématique sera probablement de décider du contour de l'offre dite "décente" : 

  • en cas de perte de salaire : jusqu'à combien de baisse acceptée ?
  • En terme de mobilité géographique : dans quel rayon et pour quelle situation de famille ?

Par ailleurs, le contrôle renforcé a été testé dans plusieurs pays et cela ne donne pas forcément les résultats escomptés. Parfois, ces mesures ont un effet pervers : les demandeurs d'emploi peuvent se décourager face à cette pression supplémentaire. Ils peuvent également accepter des emplois déqualifiants qui les méneront finalement à retourner au chômage tôt ou tard et peut-être plus longtemps.

Ensuite avec une hausse de la CSG. La réforme prévoit que l'état participe et que l'assurance-chômage devienne tripatride : aujourd'hui gérée par les syndicats et le patronat, l'État nationaliserait l'assurance-chômage. Les cotisations chômage payées par les salariés seraient supprimées : elles représentent aujourd'hui 2.4% du salaire brut. En revanche, la CSG augmenterait de 1.7%, y compris pour les retraités.

Relatif à ce sujet : Nos fiches "Maîtriser les sanctions et les modes de rupture" http://www.legiest.fr/fr/fiche-pratique-droit-du-travail/maitriser-les-sanctions-et-les-modes-de-rupture

 

Tag google