webleads-tracker

Votre partenaire Juridique en Droit du travail
04 99 61 65 48
Lundi > vendredi 9h-18h
Panier vide

Covid-19 : quelles sont les situations relevant d’un arrêt de travail ?

En cette période de crise sanitaire, des arrêts de travail peuvent être délivrés dans différents cas.

1.Les personnes présentant des signes évocateurs du Covid-19
Il est demandé aux personnes à risque d’être infectées par le Covid-19 de rester isolées à domicile.
Dans l’attente des résultats du test de dépistage que leur a prescrit leur médecin, elles ne doivent sous aucun prétexte se rendre sur leur lieu de travail. Un arrêt de travail leur sera donc fourni si besoin par leur médecin.

2.Les personnes contact
La personne contact à risque est une personne qui, en l’absence de mesures de protection efficaces pendant toute la durée du contact :
-a partagé le même lieu de vie que le cas confirmé ou probable,
-a eu un contact direct avec un cas, en face à face, à moins d’1 mètre, quelle que soit la durée (ex. conversation, repas, flirt, accolades, embrassades). En revanche, des personnes croisées dans l’espace public de manière fugace ne sont pas considérées comme des personnes contacts à risque,
-a prodigué ou reçu des actes d’hygiène ou de soins,
-a partagé un espace confiné (bureau ou salle de réunion, véhicule personnel…) pendant au moins 15 minutes avec un cas, ou étant resté en face à face avec un cas durant plusieurs épisodes de toux ou d’éternuement,
-est élève ou enseignant de la même classe scolaire (maternelle, primaire, secondaire, groupe de travaux dirigés à l’université).

Sont également "cas contacts" les salariés ayant reçu des projections (toux ou éternuement) de la part du malade, quelle que soit la durée d’exposition.
Les personnes croisées dans les espaces communs ou les collègues de travail indirects ne sont pas considérés comme "cas contacts".

Dans le cadre du travail, les situations suivantes sont susceptibles de créer les conditions favorables à la transmission du virus :
- Pause commune, notamment la pause des repas qui ne peut se faire avec un masque
- Réunion dans un espace clos
- Partage de bureau sans port de masque en continue
- Partage de véhicule
- Même unité de travail
- Pour les open-space : personnes sur le même plateau
- Utilisation d'espaces communs tels que les vestiaires

Pour éviter de contaminer à leur tour d’autres personnes, les personnes contact doivent rester isolées jusqu’aux résultats du test de dépistage, même si elles ne présentent pas de symptômes. Elles ne doivent pas se rendre sur leur lieu de travail. Un arrêt de travail leur est délivré si nécessaire (par exemple si elles ne peuvent pas télétravailler) par l’Assurance Maladie qui a pour mission d’appeler toutes les personnes contact.

Des enquêteurs sanitaires dûment habilités pour identifier et appeler les « personnes contact »
Une fois que le médecin a complété le dossier de son patient dans une base spécifique sécurisée appelée « Contact Covid », c’est l’Assurance Maladie qui prend le relais avec ses équipes d’enquêteurs sanitaires dûment habilités pour cette mission et soumis au secret professionnel.
Ces équipes se chargent d’abord de compléter le recensement des contacts du patient Covid +. Le médecin peut en effet s’être concentré sur le foyer du patient malade et ne pas avoir réalisé le recensement exhaustif de tous les autres contacts. Sur la base des informations ainsi complétées, les collaborateurs de l’Assurance Maladie appellent ensuite, dans les 24 heures qui suivent la saisie par le médecin, les personnes ayant été en contact rapproché avec le patient.
Qu’elles présentent, ou non, des symptômes de la maladie, les personnes contact sont invitées à s’isoler et se voient délivrer, si besoin, un arrêt de travail pour couvrir la période où elles doivent rester isolées. Il leur est également demandé de faire un test de dépistage qui pourra être fait sans ordonnance et sera pris en charge à 100 % par l’Assurance Maladie.

3.Les personnes dont le test de dépistage est positif
Les personnes dont le test de dépistage est positif doivent s’isoler pendant la durée des symptômes.
À réception des résultats du test, le médecin prescripteur (ou l’Assurance Maladie) prend contact avec elles par téléphone pour leur expliquer les démarches à suivre et si besoin, leur délivrer un arrêt de travail pour couvrir la période d’isolement.

Et en cas de test négatif ?
Un test négatif n’implique généralement pas la reprise immédiate du travail. L’isolement est le plus souvent maintenu quelques jours. Le médecin ou l’Assurance Maladie délivre au patient un arrêt de travail couvrant la période nécessaire d’isolement.


 

Tag google